La chasse de St Hubert


La situation

De son histoire, Cast conserve un riche patrimoine religieux. La chasse de St Hubert, classée monument historique en 1914, est un ensemble statuaire unique en Bretagne datant du XVIème siècle, se dresse devant l'église paroissiale dédiée à Saint Jérôme.


L'origine

Les commanditaires de ce groupe sculpté attachant et peu s'en faut magistral, ne sont pas connus avec précision. Suggérons simplement que parmi les seigneurs de Cast, les Tréouret devaient être des passionnés de cynégétique. Ils blasonnaient en effet "d'argent au sanglier de sable en furie..." comme on le voit sur une croix dressé, justement à Tréouret, un des lieux-dits de la commune. Férus de chasse, ils ont pu commander cette chasse pour la placer dans la chapelle de leur manoir. Les visages de notre St Hubert et de son valet pourraient être dans ce cas des portraits de famille.

Quand à l'atelier qui a fourni le groupe sculpté, il est à rechercher vers les années 1530.


La légende

Depuis le XVe siècle on dit que le seigneur Hubert était si passionné de chasse qu'il en oubliait ses devoirs. La légende rapporte qu'il n'avait pu résister à sa passion un Vendredi Saint, et n'ayant trouvé personne pour l'accompagner, était parti chasser sans aucune compagnie. À cette occasion, il se trouva face à un cerf extraordinaire. En effet, celui-ci était blanc et portait une croix lumineuse au milieu de ses bois.
Hubert se mit à pourchasser le cervidé mais celui-ci parvenait toujours à le distancer sans pour autant se fatiguer. Ce n’est qu’au bout d’un long moment que l'animal s’arrêta et qu’une voix tonna dans le ciel en s’adressant à Hubert en ces termes :
Hubert! Hubert! Jusqu'à quand poursuivras-tu les bêtes dans les forêts? Jusqu'à quand cette vaine passion te fera-t-elle oublier le salut de ton âme ?/em>
Hubert, saisi d'effroi, se jeta à terre et humblement, il interrogea la vision :
Seigneur ! Que faut-il que je fasse ?
La voix reprit :
Va donc auprès de Lambert, mon évêque, à Maastricht. Convertis-toi. Fais pénitence de tes péchés, ainsi qu'il te sera enseigné. Voilà ce à quoi tu dois te résoudre pour n'être point damné dans l'éternité. Je te fais confiance, afin que mon Église, en ces régions sauvages, soit par toi grandement fortifiée.
Et Hubert de répondre, avec force et enthousiasme :
Merci, ô Seigneur. Vous avez ma promesse.
Je ferai pénitence, puisque vous le voulez.
Je saurai en toutes choses me montrer digne de vous!
S'ensuivit la conversion d'Hubert qui marcha à grands pas sur les voies de la sainteté, donnant l'occasion aux chasseurs de le choisir comme patron.

Le monument

Après avoir longtemps été sur le mur du presbytère, elle a été transportée dans les années 50 à l'angle sud-ouest du parvis paroissial. Pour la recevoir, on construisit un soubassement rectangulaire de 3 m de longueur sur 1,80 m de largeur et 1,30 m de hauteur. Deux bandeaux de schiste soulignent les faces du monument entièrement en granit, y compris la large corniche en doucine droite qui la couronne.



Les personnages

St Hubert

 
Saint-Hubert, né en 665 fut nommé évêque de Tongres et de Maastricht vers 705 (Belgique / Pays-Bas) puis de Liège en 722.
Il évangélisa la Belgique orientale et mourut en 727.
Le genou en terre, il a les mains jointes dans l'attitude de la prière. Il a déposé devant lui son bonnet de chasseur au bord retroussé garni de cabochons.
Encadré d'une chevelure gracieusement bouclée dans un visage aux traits fins, le regard extatique d'Hubert se lève vers le ciel.

 

Le cerf
Le cerf, solennel et fièrement dressé, domine la scène.
Dans la ramure bien droite, les bois écornés montrent que la bête est inoffensive. Un crucifix y est suspendu.
Il plaît à remarquer que dans la culture celte, le cerf symbolise la médiation entre la terre, le ciel et la vie éternelle


Les chiens
Entre Saint-Hubert et le cerf se situent deux chiens au large collier fixant le cervidé. Le basset à l'arrêt a le museau levé tandis que la chienne est accroupie la queue en spirale.

. L'écuyer et le cheval

L’écuyer s'occupe du cheval dont les nécessités techniques ont contraint le ou les artiste(s) à réduire les proportions de celui-ci par rapport à celles des hommes et des chiens, ainsi qu'à orner les pattes postérieures d'un motif végétal.
Ils sont présents à l'arrière plan comme pour mieux hiérarchiser la figuration du tableau.


Le costume d'époque

Les habits somptueux sont typiques du style de la Renaissance (époque François 1er / Henri Il - environ 1525)
Le costume de Saint-Hubert est composé d'un surcot et d'un pourpoint tous deux réhaussés d'un liseré incrusté de cabochons, ainsi que de chausses à' crevés. Les chaussures à bouts ronds sont quant à elles garnies d'éperons. L'épée accrochée à son baudrier et ornant le costume est fine. Son pommeau et sa poignée sont délicatement ouvragés.